Yamaha YZR 500 (OW45) N°1. Yamaha-USA. 1979. Kenny Roberts.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Yamaha YZR 500 (OW45) N°1. Yamaha-USA. 1979. Kenny Roberts.

Message  Admin le Sam 29 Mai - 14:09

Yamaha YZR 500 (OW45) N°1. Yamaha-USA. 1979.
Kenny Roberts. Champion. 113 Pts. 5 victoires.



Pour n'importe quel passionné, les couleurs jaune et noire sur une 500 Yamaha YZR sont assimiliées à
Kenny Roberts et à la saison 1979.

La Yamaha YZR, qui date de 1973, a connu l'une des plus longues carrière jamais enregistrées dans la catégorie reine. Entre 1978 et 1980, Kenny Roberts a remporté 3 Championnats du monde 500 cc consécutifs aux commandes de cette machine violente à moteur 2-temps 4 cylindres. Elle mettait ainsi un terme à l'ère des moteurs à soupapes en compétition. La moto de 1979, baptisé "OW45", et sa décoration jaune et noire aux couleurs de Yamaha-USA, est une des motos légendaires de l'histoire du Motocyclisme.
C'est en 1975 que la Yamaha YZR fut la première moto 2-temps vainqueur du Championnat du monde Pilotes dans la plus grosse des cylindrées, mettant ainsi un terme à la carrière des 4-temps dans la compétition de plus haut niveau jusqu'à leur renaissance en 2002 avec l'apparition du MotoGP. C'est l'italien Giacomo Agostini, le pilote le plus titré de l'histoire de la moto, qui fut l'auteur de ce succès. La première apparution de laYZR 500, toutefois, remonte à 1973, sur le circuit Paul Ricard, entre les mains du finlandais Jarno Saarinen qui remportera les deux premières courses de la saison avant de trouver la mort quelques jours plus tard, dans la catégorie 250 cc, sur le circuit de Monza. Cette tragédie entraîna, en signe de deuil, le retrait de la marque aux trois diapasons dans cette catégorie. Deux ans plus tard, le titre mondial enlevé par Agostini en 1975 confirmait bien qu'une nouvelle ère était arrivée dans le domaine de la technologie, Suzuki réagit rapidement et remporta les deux titres suivants avec ses RG 500, également 2-temps, mais les modifications de la Yamaha et le pilotage de Roberts apportèrent 3 titres consécutifs à la YZR qui firent bien de cette machine l'un des joyaux historiques de la moto de Compétition. Jusqu'à la saison 1973, la seule apparution de mécanique 2-temps dans la plus grosse cylindrée avait été celle de machines de 350 cc légèrement "suralèsées" et avec des résultats assez mauvais pour que les japonais se décident enfin à concevoir une vrai moto de 500 cc.

La Yamaha YZR 500 fut la première moto 2-temps sacrée Championne du monde dans la catégorie reine et mis ainsi un terme à la domination des moteurs à soupapes.

Les débuts de la machine furent prometteurs, mais la réaction de Suzuki, autre spécialiste des moteurs à lumières, força Yamaha à remodeler son moteur en 1978 avec l'adoption d'une soupape d'échappement baptisée "power valve" . Cette innovation technologique bouleversa le caractère des moteurs 2-temps en adaptant la distribution aux régimes du moteur pour fournir une puissance constante indépendamment de la vitesse de rotation de celui-ci. Yamaha, un peu plus tôt, avait déjà modifié le passage de l'échappement gauche qui sortait désormais derrière le moteur pour améliorer l'angle d'inclinaison de l'engin. Mais cette solution entraînant des problèmes de surchauffe au niveau de l'amortisseur et des carburateurs, Yamaha commença par monter un amortisseur à réservoir séparé et, plus tard, inversera les cylindres pour que les tubes d'échappement sortent de façon plus directe et délivrent ainsi plus de puissance. La version suivante de la YZR 500, en 1980 et 1981, recevait un châssis en aluminum pour réduire le poids parce que la puissance avait alors atteint sa limite. Mais la configuration de ce moteur 4 cylindres en ligne était arrivé au bout de sa carrière et, après une tentative pour imiter Suzuki avec un moteur 4 cylindres en carré, Yamaha concevait un moteur 4 cylindres en V à 2 vilebrequins qui allait marquer le début d'une nouvelle étape.

Fiche technique
Moteur : 2-temps, 4 cylindres en ligne à 2 vilebrequins alignés.
Cylindrée : 499 cc.
Refroidissement : Liquide.
Alimentation : A lamelles et 4 carburateurs Mikuni de 34 ou 36 mm.
Puissance : 115 ch à 12 000 Tours.
Cadre : Double berceau en acier/aluminium.
Suspension Av : Fourche conventionnelle Kayaba
Suspension Ar : Mono-amortisseur système "cantilever".
Freins : 2 disques acier à l'avant, simple disque acier à l'arrière.
Pneumatiques : Goodyear.



CHÂSSIS
Yamaha a commencé en 1973 avec un cadre tubulaire en acier classique et une suspension arrière à doubles amortisseurs pour passer à un système progressif dit "cantilever" qui permettait une conception plus compacte. Le bras oscillant en tube d'acier rond céda rapidement sa place à un profil carré en aluminum. En 1980, la puissance étant arrivée à sa limite, le châssis en acier fut remplacé par un modèle plus léger en tubes de section carrée. Cette modification sera critiquée par Roberts sur la tenue de route de la moto.

SOUPAPE A L'ECHAPPEMENT
les moteurs 2-temps ne disposent pas de système mécanique à soupape pour contrôler l'entrée des gaz frais et l'évacuation des gaz brûlés. L'augmentation de la cylindrée et de la puissance du moteur rendit difficile le contrôle de sa consomation. Yamaha imagina donc la soupape d'échappement YPVS (Yamaha Power Valve System) qui modifie la hauteur de la lumière d'échappement et combine la puissance maximale à une consommation raisonnable et un comportement plus doux à bas régime.

SUSPENSION ARRIÈRE
La première YZR 500 disposait d'une suspension arrière au schéma classique avec 2 amortisseurs. Elle adoptait ensuite le système monocross que Yamaha avait déposé pour le motocross - "cantilever" - qui offrait une plus grande progressivité à l'amortisseur situé sous le réservoir. Etant donné le passage de l'échappement gauche, qui chauffait cette zone, l'amortisseur fut remplacé par un système avec réservoir de nitrogène séparé de comportement plus stable.

ECHAPPEMENT
Le passage des échappements a connu plusieurs modofication dans l'évolution de la YZR 500. Les premières versions polotées par Saeinen et Agostini, entre autres, étaient conventionnelles avec 4 tubes passant sous le moteur et une sortie double de chaque côté. Plus tard, l'échappement gauche sortit vers le haut pour éliminer la grosse bosse qui limitait les inclinaisons de la moto. Les dernières YZR conservèrent les 2 cylindres exterieurs avec les sorties des échappements droites pour sortir du moteur plus de puissance
avatar
Admin
Admin

Messages : 186
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 51
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://spencer-1985.forumzarbi.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum